Moi, Ecuyer de la confrérie des sarrasins

Le 1er Octobre dernier, suite à une invitation de leur part, j’ai eu la chance d’être intronisé écuyer de la Confrérie des Sarrasins. La cérémonie officielle a eu lieu dans le cadre du festival de la galette de Louiseville. Ce fut solennel, mémorable.

 

L’ intronisation à la confrérie et faire la promotion de ce grain fétiche est un privilège pour moi. Tous savent à quel point la saine alimentation me tient à cœur, j’adore le sarrasin, j’en mange pratiquement à tous les jours, et j’enseigne aux gens des façons d’inclure ce délice santé dans leur alimentation de tous les jours. Mais tout n’est pas rose dans le merveilleux monde de l’alimentation; c’est navrant  de constater que le Québec ne produit presque plus de blé noir (autre appellation du sarrasin). Le sarrasin est relayé au rang de culture marginal en comparaison des cultures de maïs et de soya (considérés plus «sécuritaires $$») pour nourrir le bétail.  Bien triste nouvelle si on pense que le sarrasin est définitivement une culture «verte» pour nous Québécois et qu’il mériterait une bien meilleure place dans notre alimentation.

Pour la cause et parce que j’y crois moi aux vertus du sarrasin, je vous partage deux pages de mon livre de recette «Dans L’Armoire du Haut».

 

Faire germer le sarrasin

1.         Utiliser les grains entiers de sarrasin blanc

Dans un grand bol d’eau, faire tremper le sarrasin 1 heure ou 2, sur le comptoir

2.         Mettre dans un tamis fin, rincer et égoutter

Mettre le tamis au-dessus d’un bol pour recueillir l’excédant d’eau

3.         Rincer 2 fois par jour

En une journée vous pourrez constater l’apparition d’un petit germe

4.         Le sarrasin se consomme à partir du moment où le germe pointe jusqu’à ce que la pousse atteigne 1 à 2 cm.

Déshydrater le sarrasin germé

Son petit goût particulier et sa texture craquante font du sarrasin germé déshydraté un ingrédient parfait à ajouter dans les desserts, les salades et les céréales du matin, ou en purée avec l’humus.

Au déshydrateur :

Déshydrater à 105ºF pendant quelques heures, jusqu’à ce que les grains soient complètement secs.

Ou au four :

Sur une plaque, bien étendre et cuire à la plus basse température, tout en gardant la porte entrouverte, quelques heures jusqu’à ce que les grains soient complètement secs.

{ Le sarrasin germé déshydraté se conserve plusieurs semaines dans un pot hermétiquement fermé. }

Je mange avec ma tête une Tartinade de haricots blancs à la menthe

Le lancement du premier livre de Elise Désaulniers : Je mange avec ma tête fut un énorme succès. Qu’on se le dise! Parce que ce n’était que le début d’une grande aventure vers les librairies.

L’évenement fut l’occasion idéal d’y rencontrer des personnes magnifiques et l’occasion rêvé pour L’Armoire du Haut d’y faire gouter des petites bouchées éthiques et délicieuse en compagnie de nul autre que MariEve Savaria.

Beaucoup de demande pour la recette des petits croutons. Alors la voilà.

Crédit photo Sarah Scott

Tartinade de haricots blanc à la menthe

Ingrédients

1 boîte(19oz) haricots blancs rincés

2 c. à table    huile d’olive ou canola

2 c. à table     jus de lime

2 c. à table     feuille de menthe hachée

¼ c. à thé       basilic frais haché * (facultatif)

au goût          sel &poivre

 

1. Mettre en purée les haricots blancs avec l’huile et le jus de lime.

2. Incorporer la menthe, le sel & poivre et basilic* à la cuillère.

3. Servir.

 

*Haricots blancs

Ils offrent plusieurs des avantages de la viande, dont une haute teneur en fer, sans les inconvénients des matières grasses. Ils sont de plus, très économiques et une source de calcium.

 

Service final de grande occasion :

Crouton, tartinade à la menthe, fines tranches de poire revenu à la poêle et déglacer au vinaigre balsamique blanc, et amandes hachée rôti à sec.

 

Recettes du Marché Angus/salade simple de légumes frais

Petites idées de cuisine du marché
pour les belles carottes et betteraves fraîches

Salade de carottes
6 carottes biologiques coupées en julienne ou râpées
Le jus et le zeste de 1/2 citron, biologique de préférence
1 bonne poignée de coriandre fraîche hachée grossièrement
Un filet d’huile d’olive extra vierge
1/2 c. à the de cumin moulin
sel et poivre

Salade de betteraves crues
2 petites betteraves crues râpées
Un filet d’huile de noix
Un peu de vinaigre de cidre de pommes
sel et poivre

graines de citrouilles (décoration)

Faites les deux salades séparément et les juxtaposer au moment de servir.

A la demande générale : Betteraves du SriLanka

Betteraves à la noix de coco Cinghalais

Ingrédients

2          c. à table d’huile de coco

½         oignon haché

½         tomate en cubes

3          gousses d’ail hachés

3          betteraves crues, râpées

¼         tasse de noix de coco frais, râpé **

1 ½      c. à thé curcuma

½         c. à thé cannelle de ceylan

¼         c. à thé cumin

sel au goût

Jus de ½ lime

Méthode

Mettre l’huile de coco dans un poêlon et faire revenir, l’oignon, la tomate et l’ail jusqu’à ce que l’oignon soit translucide

Dans un grand bol, mélanger la betterave, la noix de coco et les épices sauf la lime

Bien mélanger

Ajouter le mélange de betteraves au poêlon.

Bien mélanger 5 minutes

Ajouter le jus de lime et cuire jusqu’à ce que les légumes soient tendres.

**Notes

Si on a pas de noix de coco frais?

Réhydratez de la noix de coco séché dans l’eau

Utilisez de la noix de coco séché râpé non sucré

Mesurez un peu moins que ¼ tasse et faites tremper dans ¼ tasse d’eau

ou

Utiliser de la crème de coco.

Curry de courges du Marché Frontenac

Crédit Photo Laetitia Laronze * univers extérieur intérieur

Curry de courge Delicata, pommes de terre et pois mange-tout

  • Portions: 4 portions
  • Difficulté: facile
  • Imprimer

Ingrédients

1 c. à soupe d’huile de noix de coco
1 c. à soupe de pâte de cari rouge du commerce
1 petit oignon rouge
1 petit oignon blanc
1 conserve de lait de coco
1/2 tasse d’eau
1 petite courge Delicata* coupée en petits morceaux
3 pommes de terre coupées en petits morceaux
2 tasses de pois mange-tout coupés en petits morceaux
1 c. à soupe de sauce tamari
1 c. à soupe de sirop d’érable
1 poivron rouge coupé en petits morceaux
Basilic frais ou coriandre fraîche au goût

Noix de coco rapée et non-sucrée ou noix de cajou en décoration

Méthode
Faire chauffer l’huile dans un wok (ou chaudron) et faire revenir la pâte de cari pendant 1 minute.
Ajouter les oignons, faire suer et ajouter les pommes de terre. Bien mélanger environ 3 minutes.

Ajouter la courge et bien mélanger.
Ajouter ensuite les pois mange-tout et bien mélanger.
Mouiller les légumes avec de l’eau et la moitié de la conserve de lait de coco.
Réduire le feu et laisser frémir pendant 10 minutes : les pommes de terre doivent être tendres.

Ajouter la sauce tamari et le sirop d’érable. Remuer et parsemer du poivron émincé.

Décorer avec du basilic frais ou de la coriandre fraîche. Ajouter un peu de noix de coco rapée ou noix de cajou, au goût. Servir en accompagnement, avec du riz à la vapeur ou, pour en faire un repas complet, ajouter des pois chiches.

*Toutes les sortes de courges peuvent être utiliser.

Pourquoi ne pas accompagner ce succulent cari d’un verre de vin blanc du Québec aux notes légèrement sucrées : Vidal, du Domaine Les Brome